Travaux en hauteur : comment obtenir l’habilitation ?

Les professionnels exposés à des risques de chutes doivent obligatoirement être formés aux travaux en hauteur. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur la réglementation, les formations correspondantes aux missions des intervenants et les obligations de l’employeur concernant l’habilitation au travail en hauteur.

Comment obtenir l’habilitation travail en hauteur ?

Pour obtenir l’habilitation aux travaux en hauteur, les professionnels doivent suivre une formation correspondant à leurs missions.

A l’issue de la formation, ils sont évalués sur ce qu’ils ont appris, par le biais d’évaluation théoriques et pratiques. La réussite à ces examens permet de s’assurer qu’ils sont en mesure de respecter les consignes de sécurité.

L’attestation de formation qu’ils reçoivent fait office d’habilitation aux travaux en hauteur.

Quelle formation pour quels travaux en hauteur ?

Il existe plusieurs formations aux travaux en hauteur, permettant aux professionnels de se former sur la base des compétences qu’ils doivent posséder, en fonction de leurs missions.

Le travail en hauteur :

La formation travail en hauteur fait office de tronc commun pour tous les opérateurs. D’une durée d’1 jour, elle permet avant tout de se sensibiliser aux risques et de sélectionner/d’utiliser des équipements de travail « basiques »

  • Echelles
  • Equipements de protection individuelle

Notez que ce type de formation s’adresse aussi bien aux intervenants (ouvriers du BTP etc.) qu’aux chefs de chantiers et aux agents de maîtrise. En se formant eux-mêmes, ils sont en mesure d’identifier plus facilement les risques et d’initier des mesures de prévention.

Travaux sur corde :

Bien que ce type de travail soit relativement rare, il est nécessaire de suivre une formation spécifique, du fait des risques auxquels les cordistes sont exposés. Les professionnels peuvent être appelés à réaliser ce genre de missions pour atteindre des endroits difficiles d’accès.

On parle d’une formation cordiste, d’une durée de 5 jours.

Port du harnais et des epi :

Lorsque les travaux se déroulent à une hauteur ou il n’est plus possible d’intégrer des moyens de protection collective, les salariés doivent être formés à l’utilisation des différents dispositifs de protection individuelle :

  • Port du harnais
  • Stop chute et ligne de vie
  • Longes et absorbeurs

Lors de ce type de formation, les intervenants apprennent à utiliser ces équipements dans le respect des règles de sécurité, mais également à vérifier leur état.

Travaux sur échafaudage fixe ou roulant :

Les travaux relatifs au montage, au démontage, voire à l’utilisation d’un échafaudage requièrent une formation spécifique.

Pour que les travailleurs soient habilités à travailler sur ce type d’équipement, ils doivent obligatoirement suivre une formation à l’utilisation d’un échafaudage.

Pour le personnel réalisant le montage et le démontage des échafaudages de pieds, la formation montage-démontage d’un échafaudage est obligatoire.

Travaux sur pylônes, châteaux d’eau et toitures :

Les risques spécifiques liés aux travaux sur des pylônes, des châteaux d’eau ou une toiture nécessitent de se former par le biais d’une formation travail en hauteur sur pylône.

Lors de ce stage, que nous proposons sur 3 jours, les stagiaires sont sensibilisés aux risques et apprennent à utiliser les équipements de protection, les points d’ancrage et à poser une ligne de vie.

Comment se former aux travaux en hauteur ?

La formation aux travaux en hauteur relève de l’obligation de l’employeur.

En effet, du fait des risques engendrés par ce type d’activité, il a pour obligation de réaliser une action de formation visant à ce que ses employés soient en mesure de :

  • Connaître les risques liés aux travaux en hauteur
  • Prendre connaissance de la réglementation entourant le travail en hauteur
  • D’utiliser des équipements de protection individuelle (harnais, longe etc.)
  • D’assurer la vérification et la maintenance de ces équipements

Ce que dit l’article L4141-2 du Code du travail :

« L’employeur organise une formation pratique et appropriée à la sécurité au bénéfice :

  • Des travailleurs qu’il embauche ;
    • Des travailleurs qui changent de poste de travail ou de technique ;
    • Des salariés temporaires, à l’exception de ceux auxquels il est fait appel en vue de l’exécution de travaux urgents nécessités par des mesures de sécurité et déjà dotés de la qualification nécessaire à cette intervention ;
    • A la demande du médecin du travail, des travailleurs qui reprennent leur activité après un arrêt de travail d’une durée d’au moins vingt et un jours.
    • Cette formation est répétée périodiquement dans des conditions déterminées par voie réglementaire ou par convention ou accord collectif de travail. »

Que considère-t-on comme du travail en hauteur ?

De manière générale, on considère que l’on a affaire à du travail en hauteur dès lors que les opérateurs travaillent d’une hauteur surélevée (travail sur un poste surélevé, une toiture, une échelle etc.).

Pour l’heure, il n’existe pas de définition claire ni d’une hauteur bien définie pour ce type de travail.

On peut néanmoins considérer qu’à partir de hauteur d’homme (entre 1,5 et 2m), le risque lié aux chutes peut avoir de graves conséquences sur la santé. En réponse, les employeurs doivent mettre en place des actions de formation pour que leurs salariés connaissent les risques et utilisent le matériel de protection idoine, en fonction de leurs missions et des dangers.

Quelle est la durée de validité de l’habilitation pour le travail en hauteur ?

Il n’existe pas de durée de validité pour ce type d’habilitation, contrairement aux autres formations à la sécurité, comme le SST ou le CACES.

Néanmoins, nous recommandons aux salariés de maintenir et d’actualiser leurs compétences régulièrement, soit :

  • Environ tous les 5 ans pour des professionnels effectuant des missions en hauteur régulièrement.
  • Pour les opérateurs effectuant rarement ces missions, nous leur conseillons de se former plus régulièrement (environ tous les un à deux ans).

Rappelons que le Code du travail précise que la « formation est renouvelée aussi souvent que nécessaire ».

La formation au travail en hauteur est-elle obligatoire ?

Oui, comme nous l’avons plus vu plus haut, il est obligatoire de recevoir une habilitation pour travailler en hauteur, et donc de se former en conséquence.

Pour en savoir, découvrez notre article sur les formations obligatoires en entreprise.

Qui peut être formé au travail en hauteur ?

Tous les professionnels devant effectuer des missions dans lesquelles ils sont amenés à réaliser des travaux en hauteur sont concernés.

  • Ouvriers du bâtiment (peintres, maçons, électriciens etc.)
  • Nacellistes
  • Cordistes
  • Monteur d’échafaudage
  • Etc.

Comme le précise l’article L4141-2 du Code du travail, que nous citons plus haut, tous les salariés en poste peuvent être formés (salariés en CDI, en CDD ou en intérim), à condition de respecter les prérequis fixés :

  • Être âgé de plus de 18 ans
  • Être apte médicalement (certificat médical en cours de validité obligatoire)

Le CNFCE, organisme de formation en sécurité pour les entreprises

Notre organisme dispose d’un très large choix de formations sur le thème de la santé-sécurité au travail. Pour bénéficier de nos solutions de formation, nous vous invitons à nous contacter ou à consulter notre site internet.

signature-blog-cnfce-organisme-de-formation-professionnelle
Ce contenu vous a plu ? Partage-le !

Sources réglementaires :

https://www.inrs.fr/risques/chutes-hauteur/echafaudages-plates-formes-individuelles.html

https://www.inrs.fr/risques/chutes-hauteur/reglementation-travail-hauteur.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.